20 janvier 2007

 

On est resté en rade.

Bonsoir les amis !

Que c’est dur ! Très dur ! J’en ai encore mal au bide, encore plus qu’après les repas de fêtes de fin d’année (et pourtant Monique avait mis le paquet, comme à son habitude. Même Francky avait eu du mal à finir quand on l’a invité à manger le 26 décembre).

C’était la reprise du championnat de L2 ce week-end (plutôt ce lundi devrais-je dire, puisqu’ Eurosport retransmettait la rencontre et avait décalé le match), et on se rendait à Brest.

Brest, je connais bien, j’y ai joué à la fin de ma carrière, entre 80 et 83. Y’avait même Raymond Kéruzoré et Yvon Le Roux à l’époque et on était monté en D1 en fin de saison 80/81. Autant dire de bons souvenirs.

Mais là, moi je le sentais pas ce match. Déjà, ça s’était mal passé l’an dernier. Et Brahim était suspendu, Maz’ indisponible. Et puis tout ce tintamarre dans les coulisses du club de Brest, des présidents qui démissionnent, trois entraîneurs dont un qui est suspendu tous les deux jours, rien de tel pour déstabiliser un adversaire. Comment voulez-vous qu’on s’y retrouve ? Non, ça sentait mauvais, je vous le dis.

Mais le moment où j’ai compris que ça allait pas bien se passer, c’est quand je suis allé voir le mec d’Eurosport pour lui donner la composition de l’équipe. Il m’a fait : « Désolé Patrick, pas de composition ce soir, on a un problème d’électricité, on sera en retard pour la prise d’antenne. » Ca m’a fichu un coup ce truc, se taper tout ce voyage sans passer à la télé. Même pas un petite blague, rien !

Je ne reviens pas sur le match, vous l’avez sans doute vécu comme moi, avec son terrible dénouement. Et ce péno de Titi ! Ca me rappelle que je ne vous ai toujours pas expliqué pourquoi c’est lui qui tire les coups de pied arrêtés. Enfin là, j’ai pas le cœur à ça aujourd’hui.

Mais revenons au match. A la réfléxion, je me dis que les gars ont eu peur.

Peur de quoi ?

De ça :


Le trophée de la L1 !

Je vous laisse imaginer à quoi pourrait ressembler le trophée L2, et je suis sûr que ça a déstabilisé les gars en fin de match. La crainte de rattraper Metz et de remporter le machin, ça donne presque envie de jouer le maintien.

Et puis moi, je suis Aulas, je fais venir un huissier pour dire que c’est dégueulasse de ne présenter le trophée qu’à mi-championnat, que si on avait su avant, on aurait pas joué aussi bien.

Enfin bref, on a quand même pris un point, c’est toujours ça. Et de toute façon, on est abonné aux 2-2 à l’extérieur, on est dans les clous ! A la prochaine !


Comments:
Well said.
 
Enregistrer un commentaire



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Counters
Website Counters eXTReMe Tracker