25 septembre 2006

 

Escapade en Bretagne...

J'ai hésité à mettre ce qui va suivre en ligne, parce que j'en ai un peu honte, mais Monique a réussi à me convaincre de le faire. C'est vrai, au juste, à quoi ça sert un blog si on ne raconte pas des histoires comme ça ?

Donc, c'est à propos de Guingamp. La semaine dernière, au lendemain de Niort, Francky m'a dit que ce serait pas mal que j'aille superviser Guingamp contre Brest, le lundi qui venait. Bon, de prime abord, j'étais pas emballé. Ca fait une trotte, Guingamp. J'inventais rapidement un bobard en disant que lundi c'était pas possible, parce que j'avais promis un resto à Monique pour fêter la victoire à Niort. Francky m'a fusillé du regard, c'est là que je me suis souvenu qu'on avait fait que match nul là-bas. La gaffe, je suis devenu aussi rouge que Maz' quand on lui fait une mauvaise passe. Heureusement, je venais de prendre l'apéro chez Jimmy, ça s'est donc pas trop vu. Un Hengbart est passé.

Francky s'est un peu calmé, puis m'a expliqué que c'était pas pour rien qu'on avait 3 entraîneurs au SMC, et que fallait bien que je justifie mon salaire.

Franchement, sur le coup, je me suis senti vachement solidaire des supporters qui protestent contre les matchs le lundi. A part que eux, c'est parce qu'ils ne peuvent pas assister aux matchs, alors que moi c'est l'inverse. Mais dans le fond, on se comprend.

Pour achever de me convaincre, Francky m'a dit que le match étant diffusé sur Eurosport, je pourrais m'arranger pour donner la composition d'une des deux équipes, comme quand c'est Malherbe qui joue. Pas con, ça. J'ai réfléchi quelques instants, et j'en suis rapidement arrivé à la conclusion que pour Guingamp, c'était pas la peine d'essayer. D'abord, parce que c'est Patrick Remy, il n'acceptera jamais que quelqu'un donne la compo à sa place. (L'est pas trop partageur à ce qu'on dit, par exemple, Francky m'a dit qu'il aimait pas trop les directeurs sportifs). Ensuite, parce que je me suis remémoré quelques noms de l'effectif guingampais, comme Koscielny, Leugueun ou Sikimic, et je m'imagine les prononcer aussi bien que Jacky Hemery. Déjà que j'ai du mal à prononcer Hengbart... Donc ce sera Brest. En plus, ce sera facile à justifier parce que j'ai joué là-bas. En me démerdant bien, je pourrais même donner le coup d'envoi du match. J'ai dit banco.

Le lundi en question, je me suis donc mis en route. Ca m'emmerdait un peu de laisser la gestion des plots à Franck et à Patrice, vu que je suis le seul possédant le diplôme d'entraîneur, puis je me suis souvenu que Patrice avait eu le sien en mai dernier. C'est donc l'esprit tranquille que j'ai quitté la Normandie pour la Bretagne. J'aurais dû me méfier, je connaissais vaguement la route, on était venu deux fois l'an dernier, mais j'avais pas trop fait gaffe, vu que je ne conduisais pas. En plus, la deuxième fois, en février, le match était sur Eurosport, j'avais donc potassé ma compo pendant tout le trajet en vue de la présenter sur Eurosport, en espérant que Francky ne change pas les plans à la dernière minute. Autant vous dire que la route, je m'en foutais autant que le réglement de la Coupe de France avant Longuenesse.

Premier coup de stress : en apercevant le panneau "Bienvenue dans les Côtes-d'Armor". Pendant deux minutes, j'étais persuadé de m'être planté de route. Du temps où je jouais à Brest, ça s'appelait encore les Côtes du Nord, d'où ma confusion. Mais je n'étais pas au bout de mes peines, parce que mine de rien, Guingamp, c'est vachement paumé. A un point que c'est même pas marqué sur les panneaux d'indication. J'ai cru à un moment, mais non, c'était marqué Gwenguamp. J'ai tourné en rond pendant une heure ou deux, à travers des forêts, des bleds paumés. J'étais pas fier, paraît que les forêts bretonnes sont infestées de lutins et autres petits êtres étranges. Mais je me suis rappelé que j'en connaissais un, de lutin, puisqu'on a Titi à Caen, et y'a pas de quoi avoir peur. Enfin, sauf quand il tire les coups-francs. Et puis j'en ai pas croisé un seul de toutes façons. Sans doute étaient-ils au Roudourou, eux.

J'ai finalement réussi à retrouver ma route, mais vu l'heure avancée, dans le meilleur des cas, je n'aurais vu que les dernières minutes. En plus, c'était un coup à se faire interviewer par un gars d'Eurosport pour donner mes impressions sur le match. J'aurais eu l'air fin, tiens. Demi-tour, donc.

Je suis rentré à 1h du mat chez moi. Monique était couchée. Par chance, j'avais eu la présence d'esprit d'enregister la rencontre sur Eurosport. Tout n'était pas perdu. Je lance donc l'enregistrement, mais quelle ne fut pas ma surprise de voir que le match n'y figurait pas. A la place, il y avait un programme de TF1. "Le juge est une femme" que ça s'appelait. Sans doute un documentaire sur Nelly Viennot ou Ghislaine Perron-Labbé. C'était bien ma veine, Monique a dû modifier ma programmation du magnéto. C'est con, parce que quitte à me pourrir mon match, y'avait "Cavale" de Belvaux sur Arte. Enfin bref, j'étais bien embêté, et j'ai été me coucher.

J'appréhendais la rencontre du lendemain avec Francky. Lorsqu'il m'a demandé mon avis sur la rencontre, j'ai immédiatement répondu qu'Elana avait fait un très grand match (j'avais lu ça dans Ouest-France le matin même), et que c'était dommage qu'on ne l'ait pas conservé un an plus tôt. Francky a tiré un peu la gueule, et je n'ai plus jamais entendu parler de ce match. Je m'en sortais bien.

Moralité, vendredi prochain, je ferai attention à la route.

Et non aux matchs le lundi.


Comments: Enregistrer un commentaire



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Counters
Website Counters eXTReMe Tracker